Langue des Signes Française (LSF)

Le but de l’enseignement de la Langue des Signes Française (L.S.F) est de transmettre la langue telle qu’elle est utilisée par la communauté des Sourds.

Après plus de 200 ans de vie, la LSF est devenue une véritable langue avec une grammaire, une syntaxe, une culture et une structure sémantique qui lui sont propres.

De même que les entendants ne s’expriment pas oralement par hasard, les Sourds utilisent leurs signes pour une bonne raison. Et cette raison est principalement culturelle puisqu’en effet, la LSF n’est pas universelle.

Il y a également des règles précises dans la formation des signes et dans la construction des phrases gestuelles, et ces règles doivent être respectées, si l’on souhaite communiquer clairement.

  • L’objectif est de permettre à chacun de faire surgir de soi ces compétences enfouies, peu développées dans le monde auditif où il évolue, de les mettre en avant pour qu’elles soient porteuses de communication.

etablissement stella maris language signes - 1

Le déroulement des séances

Il s’agit bel et bien d’une véritable langue … Mais c’est avant tout une langue visuelle !

Le silence est donc primordial durant les séances afin d’appréhender au mieux ce tout nouveau moyen d’expression.

Dans l’idéal, les groupes sont restreints. Il n’y a pas de bureau, juste nos yeux, nos visages et nos mains. C’est un cours très visuel donc avec peu de prise de notes.

La bienveillance, le respect de la prise de parole et l’écoute de chacun sont donc nécessaires pour que chacun ait l’opportunité de s’exprimer avec aisance.

La progression se fait sur trois ans (de la seconde jusqu’à la terminale) autour de thèmes (la nourriture, les activités, les voyages, …). La Langue des Signes est introduite progressivement ; par le mime, les jeux visuels, la description d’images, de situations, …

La LSF peut également être présentée en option facultative au Brevet de Technicien Supérieur.

etablissement stella maris language signes - 2

Le BAC option LSF

Le BAC option LSF se déroule à Bordeaux au mois de mai généralement.

Le candidat se retrouve face à un examinateur Sourd et doit s’exprimer par le biais d’une image ou d’un texte.
Il est inutile de s’inquiéter, la personne en face de vous saura vous aiguiller néanmoins il est bien évidemment interdit de s’exprimer à l’oral.

C’est pour cela que l’apprentissage régulier du vocabulaire est nécessaire afin d’être le plus à l’aise possible durant l’entretien.
La LSF nécessite également une certaine curiosité. Afin de progresser, l’élève doit impérativement s’intéresser au monde culturel qui englobe la Langue des Signes au travers de vidéos, d’émissions, de films, …

Afin de plonger les élèves dans la réalité de l’examen plusieurs  »BAC blancs » seront programmés.

Un vrai bain de LSF apparaît nécessaire au bout d’un certain temps. Il faut donc s’entourer de personnes sourdes mais aussi intégrer petit à petit des évènements culturels en lien avec cette langue et cette communauté afin de progresser, le BAC n’étant pas une fin en soi…

Les débouchés

La Langue des Signe est un véritable atout dans la vie professionnelle d’une personne. Qu’il s’agisse du milieu médical, de la vente, de la communication ou bien entendu du social, tous ces domaines d’activités se concentrent autour d’un même critère essentiel : le contact humain.

Savoir communiquer avec une personne sourde et notamment en langue des signes se révèle être une authentique plus-value.
En effet, la communauté Sourde réclame au même titre que n’importe quel autre individu, d’avoir accès, en toute autonomie : à un renseignement, qu’il soit administratif ou commercial, aux soins, à tout acte de la vie quotidienne qui peut nous sembler anodin ; et tout cela passe, bien évidemment, par la Langue des Signes.

Enfin, ce moyen de communication visuo-gestuel est également une bonne façon de s’ouvrir l’esprit et de faire un pas vers l’autre. De manière générale, la Langue des Signes reste une langue comme une autre qui permet d’interagir avec quelqu’un mais aussi de lui simplifier la vie !